« Quelle influence sur les prix de l’immobilier les deux mois de confinement que nous traversons risquent-ils d’avoir au moment de la reprise graduelle des activités programmée au 11 mai ? » : tel est le thème d’une récente tribune de l’Unis.

L’organisation de professionnels de l’immobilier a, ainsi, compilé les principales informations qu’elle retient afin d’apporter un éclairage sur la question. Et, d’abord, un terreau favorable en matière de transaction immobilière : 2019 a vu le cap du million de ventes franchi. Mais la construction reste à la peine « par la faute d’un carcan réglementaire et législatif pénalisant ». Et les derniers relevés des Notaires pour le quatrième trimestre 2019, parus le 6 avril dernier, montrent « une accélération des prix des logements anciens en France (hors Mayotte) de 1,3 % par rapport au 3ème trimestre, soit une hausse globale des prix sur un an de 3,7 %, avec une hausse notable de 5,2 % pour les appartements, alors qu’elle est de 2,6 % pour les maisons ».

En matière macroéconomique, l’Unis met en avant le recul du PIB durant deux trimestres consécutifs sur 2019, « contingent aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, marqueur d’entrée en récession, sans pour autant que l’activité immobilière soit dangereusement affectée ».

Pour lire l’intégralité de l’article rendez-vous sur immo-week.fr